New Delhi: De nombreuses associations de camions et de transporteurs ont annoncé conjointement qu'elles manifesteraient pendant une semaine à partir du 1er juillet pour demander une couverture d'assurance pour tous les conducteurs de camions. Selon les associations, les camionneurs klaxonneront leurs véhicules pendant une minute à 13 h tous les jours de la semaine, afin d'enregistrer symboliquement leur protestation et de demander au gouvernement de fournir à chaque chauffeur de camion une assurance.

Les associations affirment que les chauffeurs routiers sont des «guerriers de la couronne» et risquent d'être infectés au cours de leur travail, ce qui implique le transport de biens essentiels. Ils ont écrit au ministre des transports routiers et autoroutiers Nitin Gadkari sous l'égide de "La du conducteur est importante".

«Monsieur, COVID ne prendra pas fin aujourd'hui ou demain. Bien qu'un remède puisse être trouvé tôt, l'administration aux nécessiteux sera un long processus. Ainsi, nos frères chauffeurs de camion seront exposés à cette pandémie pendant très longtemps », indique une partie de la lettre.

Il poursuit en faisant valoir que les chauffeurs de camion devraient également bénéficier d'une couverture des risques pour la santé à la lumière de COVID-19, car des professionnels de la santé ont été fournis. «Monsieur, continuez de soutenir que le transport est l'épine dorsale de notre économie. Cependant, cet intervalle d'abandon des chauffeurs routiers dans le domaine de la couverture des risques est un mystère ", explique la lettre signée par Girish Mirchandani, animateur de" Driver's Life Matters ".

Les camionneurs de partout au pays vont maintenant klaxonner à 13 h tous les jours pendant une semaine à compter du 1er juillet, en écrivant les lettres, pour enregistrer leur protestation.

Lire aussi: Chronologie: Comment l'Inde est-elle parvenue à plus d'un demi-million de cas de COVID-19?

L'Association pour le bien-être des transporteurs de toute l'Inde (AITWA) soutiendra l'initiative d'une semaine. Le président Pradeep Singhal a déclaré à The Wire qu'il avait signalé pour la première fois la nécessité d'une couverture d'assurance au gouvernement en mars, quelques jours seulement après l'imposition du blocus.

«Mais il n'y a eu absolument aucun progrès. Nous avons également dit que nous partagerons les coûts. Mais il ne s'est rien passé pendant trois mois ", a-t-il dit." Le gouvernement n'écoute tout simplement pas. "

Singhal a expliqué que même les chauffeurs de camion hésitent maintenant à retourner au travail par crainte d'être infectés. "Ou leurs familles ne veulent pas qu'ils se joignent à cause du risque de virus. Les conducteurs craignent également ce qui arrivera à leurs familles en cas de problème. C'est pourquoi il est essentiel de fournir aux conducteurs une assurance pour une sorte de sécurité", a-t-il déclaré. .

Singhal a également déclaré que les chauffeurs de camion avaient demandé au gouvernement de lever la taxe de circulation, d'autoriser les frais et dépenses d'assurance pendant deux mois. «Les véhicules sont bloqués pendant cette période. Alors pourquoi les chauffeurs de camions devraient-ils payer des taxes, des permis et des assurances lorsque les camions n'ont pas été utilisés? Mais encore une fois, le gouvernement n'a rien fait pour apporter un soulagement. "

Lire aussi: Pourquoi les fondateurs de l'Inde ont défendu un système de santé dominé par l'État

Même maintenant, selon les estimations de l'AITWA, l'industrie du camion ne fonctionne qu'à environ 60% de sa pleine capacité. «Environ 60% seulement des industries et des usines se sont ouvertes. Donc, nous ne sommes pas au niveau de la pleine demande ", a déclaré Singhal.

Il y a environ huit millions de camions dans le pays et, selon l'AITA, environ trois millions ne sont pas encore utilisés car l'activité industrielle n'a pas encore retrouvé sa pleine vitesse.

Les camionneurs demandent une assurance maladie en klaxonnant pendant 1 minute …
4.9 (98%) 32 votes